Elan

03/04/2017

Parfois, au creux de ma nuit,

Comme la marée montante,

Ma conscience s’identifie

À tout ce qui me hante.

Je ne vois que l’embrun,

Ne suis plus dans le courant,

Je n’entends plus rien,

Sauf la plainte du goéland…

 

 

   Puis les étoiles brillent dans le noir,

   Toujours là pour nous guider,

   Comme des mains tendues vers l’espoir

   Qu’il nous suffit d’attraper.

   Mes yeux s’ouvrent à leur lumière,

   Je reviens dans le courant,

   J’entends l’appel de mon être

   Et le chant du goéland…

 

 

Mon âme sort de son long sommeil,

Dans mon cœur et mon corps en vie,

Depuis toujours la Source veille

Sur moi d’un amour infini.

Alors, dans l’aube immortelle,

Je me sers du courant

Pour déployer mes ailes,

C’est l’envol du goéland...

 

(extrait du livre : Du chant de larmes au chant de l'Âme, Alexandra Monnin.

Texte écrit en août 2012 et publié en avril 2014)

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Tellement Rien à Faire !

25/10/2018

J'en ai tellement rien à faire, des questionnements sur l'être, des concepts de dualité ou d'éveillés, de quêtes ou de missions, à tort ou à raison. T...

1/2
Please reload

Posts Récents

19/07/2019

01/03/2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
<