top of page

Entends ta voix

Entends ta voix, libère ta parole trop longtemps murée dans le silence et la bienséance.

Combien de fois as-tu choisi de te taire alors qu’en toi, tout n’était que hurlement ?

Des lèvres closes qui préfèrent fuir le tumulte, la tempête, l’inconfort des courants qui traversent.

Des lèvres closes qui pensent pouvoir ainsi refermer la blessure. Celle qui sera mille fois ravivée jusqu’à ce qu’elle soit touchée par un murmure.

Étends ta voie et libère ta parole, à cœur ouvert et ciel offert, car à l’air libre les blessures se referment d’elles-mêmes.


Combien de fois as-tu laissé se déchaîner ce feu qui bouillonnait, oubliant qu’à chaque fois c’est toi que tu enchaînais ?

Des lèvres qui se consument lorsque le feu est craché, laissant le goût amer de ce qui est déversé.

Des lèvres qui se consomment lorsque les mots sont pesés et qu’ils ressemblent à des graines prêtes à germer.

Entends ta voix, choisis ce que tu sèmes et le vent portera la parole qui libère chacun de ses chaînes.


Combien de fois es-tu resté dans l’incompréhension des émotions qui te traversaient, cherchant un sens ou une réponse là où il n’y en avait pas ?

Des lèvres closes qui protègent un cœur sensible, tel le coquillage qui se referme sur la perle immaculée.

Des lèvres closes qui s’interrogent et demandent le salut dans ce qu’elles fuient.

Étends ta voix, ose dire ce qui est là, si tu veux entendre ce qui jaillit du cœur du silence, il te suffit de parler.


Ose être avec ce qui te traverse, que ce soit un incendie ou un feu de joie, ne fuis plus. Fais face, reste au contact de ce qui envahit ton être, n’aie pas peur d’être englouti. Chaque courant qui te traverse a quelque chose à te montrer ou te dire. Alors reste tout près, si près que tu entendras ton propre murmure fissurer tes murs. Laisse ton corps trembler s’il le faut et respire avec ce qui est. Oui, reste simplement là et respire, car le souffle précède le cri. Comme lors de la naissance ou le souffle traversant annonce le cri du vivant.


Des lèvres qui s’ouvrent, tel un écrin qui n’a plus rien à cacher,

Des lèvres qui bougent en rythme avec ce qui est…


Alexandra Monnin

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags